Nouvelle-Zélande : la “Macarena” diffusée en boucle pour disperser les manifestants (vidéo)

Nouvelle-Zélande : la “Macarena” diffusée en boucle pour disperser les manifestants (vidéo)
Nouvelle-Zélande : la “Macarena” diffusée en boucle pour disperser les manifestants (vidéo)
Crédit: Capture d'écran Twitter @bryce_edwards

14 février 2022 à 17h00 par A. L.

Suite à une décision du Parlement, les policiers néo-zélandais ont dû diffuser en boucle des musiques jugées agaçantes à l’instar de “Baby Shark” ou encore la “Macarena”, afin de tenter de disperser des manifestants anti-vaccins rassemblés à Wellington.

Le gouvernement néo-zélandais a trouvé une technique pour le moins originale pour tenter de déloger des manifestants anti-vaccins qui campent depuis une semaine à Wellington, la capitale du pays. Afin de disperser la foule présente sur les pelouses du Parlement, des chansons entêtantes ont ainsi été diffusées en boucle. Au programme ? "Baby Shark", la "Macarena" ou encore "Mandy" de Manilow. Malheureusement, cela n’aura pas suffit. Les centaines de manifestants en colère contre les mesures sanitaires actuelles, ont riposté en dansant et en chantant sur leurs tubes favoris tels que "We're Not Gonna Take It" de Twisted Sister.

 

La police en désaccord 

 

Il semblerait néanmoins que la playlist du gouvernement soit mal passée auprès de la police, en total désaccord avec cette méthode de dispersion farfelue. "Ce ne sont certainement pas des tactiques ou des méthodologies que nous approuverions, et nous aurions préféré que cela ne se produise pas", a en effet déclaré le surintendant Corrie Parnell, chef de la police de Wellington à Radio New Zealand.

Un avis partagé par l’opposition politique néo-zélandaise. “Les actions de Mallard sont peu glorieuses, embarrassantes et inefficaces”, a ainsi tweeté le parlementaire Chris Bishop du Parti national. “Non seulement les pitreries de Mallard sont immatures, non seulement elles sont inefficaces, mais elles ont rendu une situation grave bien pire”, a réagi de son côté David Seymour, leader du parti d’opposition ACT. 

La Première ministre Jacinda Ardern a quant à elle refusé de commenter cet interlude musical.