Paris : un faux médecin jugé après la mort de deux ses patients atteints d’un cancer

Paris : un faux médecin jugé après la mort de deux ses patients atteints d’un cancer
Le faux médecin est jugé ce vendredi devant le tribunal correctionnel de Paris.
Crédit: CC0

10 septembre 2021 à 14h25 par Lucas Pierre

Un faux médecin, Miguel B., se proclamant naturopathe, est jugé ce vendredi 10 septembre devant le tribunal correctionnel de Paris. Au moins deux de ses patients atteints d’un cancer sont morts après que l’homme leur ait déconseillé la chimiothérapie au profit de purges et de jeûnes.

Il déconseillait la chimiothérapie à ses patients. Miguel B., naturopathe, est jugé ce vendredi 10 septembre devant le tribunal correctionnel de Paris pour « exercice illégal de la médecine et usurpation de la qualité de médecin ». En cause : le décès de l’un de ses patients, atteint d’un cancer.

Selon Le Parisien, la victime était âgée de 41 ans au moment où on lui diagnostique son cancer, encore curable. Cette dernière place toute sa confiance dans le naturopathe parisien qui lui déconseille d’avoir recours aux chimiothérapies – traitement qui aurait pour effet de ralentir le processus de nettoyage du corps du malade selon lui. A la place, le faux médecin prescrit purges et jeûnes. Son état se dégrade sérieusement et l’homme arrive à l’hôpital quand plus rien n’est possible. Il décède trois mois plus tard.

Une vingtaine de consultations par mois

Nous sommes en février 2019 quand la veuve de la victime décide de dénoncer les faits auprès du parquet de Paris. Si une enquête est ouverte, l’homicide involontaire n’est pas retenu par le pôle santé publique du tribunal de Paris – qui mène les investigations.

Alors qu’il est jugé aujourd’hui, on apprend, toujours dans les colonnes du Parisien, qu’un couple poursuit également le naturopathe après le décès de leur fille de 40 ans d’un cancer du col de l’utérus. Si on ne connaît pas exactement le nombre de victimes à ce jour, le naturopathe a de son côté admis, lors de sa garde à vue, avoir eu en moyenne une vingtaine de consultations par mois. Dont des personnes atteintes de cancer.

I