Info locale

Créteil : la nourrice en garde à vue après la mort d’un bébé

20 juin 2018 à 10h43 Par Mikaël Livret
Crédit photo : Pixnio

Rose avait six mois. Elle est morte à l’hôpital Necker (Paris) dans la nuit du 8 au 9 juin. Les médecins soupçonnent un syndrome du bébé secoué. Des examens complémentaires vont être menés. Une nourrice de Créteil (Val-de-Marne) est en garde à vue.

« Désolée pour la chute de votre fille. » Une nourrice de 35 ans est en garde à vue depuis mardi. Cette habitante du quartier des Bordières à Créteil (Val-de-Marne), gardait trois enfants. Son propre fils de 4 ans, un bébé de 9 mois et Rose, 6 mois.

Le 6 juin dernier, vers 15h30, Renaud, le papa de la fillette reçoit un appel inquiétant du Smur. Il lui intime de se rendre sans tarder à l’hôpital Necker, à Paris où sa fille vient d’être admise en urgence. 40 minutes avant, les secours sont intervenus chez la nourrice. À ce moment la jeune femme de 35 ans, a expliqué que la petite Rose était dans ses bras quand elle lui a échappé des mains. La tête de l’enfant aurait alors heurté la moquette. Elle a vomi mais son cœur battait encore, assurait-elle.

Pour justifier cette chute, l’assistante maternelle agrée par la PMI explique une faiblesse dans le bras, qu’elle avait d‘ailleurs fait contrôler à l’hôpital Henri Mondor la veille. Tout orienterait alors vers la thèse de l’accident.

Syndrome du bébé secoué

Sauf qu’une fois à l’hôpital Necker, les parents de la petite Rose découvrent l’impensable. Les médecins, sceptiques au vu de l’état du nourrisson, décident de lui passer un scanner. Le verdict tombe : il s’agit du syndrome du bébé secoué. Le cerveau est gravement endommagé et la petite fille, en état de mort cérébrale, sera débranchée trois jours plus tard. « On l’a débranchée et son cœur s’est arrêté », lâche Marie sa maman, qui assure dans les colonnes du Parisien que l’autopsie a confirmé le diagnostic des médecins.

Elle a bien essayé d’appeler la nourrice pendant ces quatre jours d’attente atroce. Sans succès. Finalement, selon le Parisien, la jeune femme daigne finalement envoyer un simple SMS à Marie « Désolée pour la chute de votre fille. Je m’en veux énormément. J’aimerais être auprès de vous dans ce moment que j’ai causé. » L’assistante maternelle a depuis été placée en garde à vue.