Commerçants, artisans, entrepreneurs, On est là pour vous → communiquez local - en savoir plus
Info locale

Mosquée de Pantin : le préfet favorable à une réouverture ?

09 février 2021 à 15h45 Par Lucas Pierre
Si la mosquée est gérée dans de meilleures conditions, sans risque de dérapage séparatiste, elle pourrait rouvrir et l’association retrouver son caractère culturel.
Crédit photo : Christophe ARCHAMBAULT / AFP

La mosquée de Pantin pourrait rouvrir plus tôt que prévu, selon un communiqué de la préfecture de Seine-Saint-Denis publié sur les réseaux sociaux. Le préfet indique vouloir discuter avec les fidèles.

La mosquée de Pantin va-t-elle rouvrir plus tôt que prévu ? C’est en tout cas ce que laisse entendre le préfet du département de Seine-Saint-Denis dans un communiqué publié ce lundi 8 février sur les réseaux sociaux.

Dans le communiqué, la préfecture indique qu’il pourrait « être conduit, après accord du ministre de l’Intérieur, à autoriser la réouverture de la mosquée de Pantin. Le ministre a indiqué que si la mosquée était gérée dans de meilleures conditions, sans risque de dérapage séparatiste, elle pourrait rouvrir et l’association retrouver son caractère culturel. Le ministre s’est légitimement fondé sur les pétitions de fidèles en appelant au départ de monsieur Henniche et sur les initiatives courageuses du maire ».

La mosquée fermée après l’assassinat de Samuel Paty

Au mois de novembre, un recours avait été déposé par la Fédération musulmane de Pantin auprès du Conseil d’État pour demander la réouverture de la mosquée. La plus haute autorité administrative avait rejeté ce recours le 25 novembre.

C’est Gérald Darmanin, le ministre de l’Intérieur, qui avait annoncé la fermeture de la mosquée de Pantin, le 25 octobre dernier. Le reproche qui était fait au lieu de culte était le fait d’avoir relayé, sur les réseaux sociaux, une vidéo d’un parent d’élève se plaignant des caricatures de Mahomet présentées en classe dans le lycée de Conflans-Saint-Honorine.

Cette vidéo avait été publiée quelques jours après l’assassinat de Samuel Paty, professeur d’histoire-géographie dans ce même lycée, le 16 octobre dernier.