Commerçants, artisans, entrepreneurs locaux, communiquez local -> en savoir plus
Info locale

Un policier en prison après des attouchements sur une adolescente

05 décembre 2017 à 09h58 Par Mikaël Livret
Crédit photo : COmmons wikimedia

Agé de 40 ans, le fonctionnaire a été condamné à 2 ans de prison ferme pour des attouchements sur une mineure. L’affaire remonte à 10 ans. Il entretenait une relation avec sa voisine alors âgée de 14 ans. Le gardien de la paix avait également caressé sa petite sœur qui avait 13 ans.

«J’ai commis l’erreur de coucher avec elle». Des mots en forme de remords pour le prévenu, habitant la région de Coulommiers (Seine-et-Marne), à la barre du tribunal correctionnel de Meaux. Mais ce n’est pas pour une simple erreur que ce policier de 40 ans, en poste en Seine-et-Marne, comparaissait mais bel et bien pour des délits, concernant deux victimes distinctes : «agression sexuelle sur mineure de moins de 15 ans par personne ayant autorité», «atteinte sexuelle sur mineure de moins de 15 ans par personne ayant autorité» et «atteinte sexuelle sur mineure de plus 15 ans non émancipée par le mariage par personne ayant autorité».

L’affaire remonte à une dizaine d’années, lorsque le gardien de la paix entame une liaison avec la fille de ses voisins, alors âgée de 14 ans. Cette dernière a reconnu à l’audience la nature de leur relation, qui a duré plusieurs mois : «J’étais amoureuse», a-t-elle confié.

« Elle m’a aguiché »

La jeune fille se remémore alors son histoire : «Il m’écoutait». A l’époque, le prévenu l’emmenait au cinéma ou lui faisait écouter de la musique sur son ordinateur. «Il m’a aussi montré des images pornographiques», a-t-elle ajouté. Le prévenu a contesté avoir couché avec l’adolescente avant ses 15 ans : «Elle m’a aguiché. Elle s’habillait avec un décolleté et une jupe. J’ai craqué».

Le gardien de la paix comparaissait également dans une deuxième affaire, accusé cette fois d’avoir caressé sa petite sœur qui avait alors seulement 13 ans. L'affaire a éclaté en 2010 lorsque celle-ci a raconté cette histoire à un professeur du collège. Le tribunal correctionnel de Meaux a finalement rendu son délibéré et le policier a été condamné à quatre ans de prison, dont deux ferme, sans mandat de dépôt. La peine a été assortie d’un suivi socio-judiciaire d’une durée de deux ans.