Commerçants, artisans, entrepreneurs locaux, communiquez local -> en savoir plus
Info locale

Une fillette de 11 ans dit avoir été enlevée et violée par deux inconnus

29 novembre 2017 à 10h16 Par Mikaël Livret
Crédit photo : Capture d'écran Google maps

Une fillette de 11 ans aurait été brièvement enlevée et violée le week-end dernier. Elle jouait avec une amie sur une aire de jeu de Magny-le-Hongre (Seine-et-Marne) lorsque deux hommes les auraient abordées. Une relation sexuelle a été constatée par un médecin légiste. La sûreté départementale de Seine-et-Marne est en charge de l’enquête. 



Sordide affaire. Une jeune fille de 11 ans a été retrouvée dimanche soir, à 19h10 précise, sur le quai de la gare RER de Noisiel (Seine-et-Marne). En larmes, Louane a été prise en charge par des policiers du commissariat de Noisiel avant d’être remise à ses parents. Son enlèvement n’aura duré que deux heures.

Selon les premiers éléments du dossier, en fin d’après-midi ce dimanche, la nuit est déjà tombée. Louane s’amuse encore avec une amie, Malia, âgée de 12 ans sur l’aire de jeux située rue du Bois de la Garenne à Magny-le-Hongre (Seine-et-Marne), à côté du groupe scolaire Eric Tabarly et du gymnase Emilie-Andéol.

À 17h30, selon ses dires et ceux de sa copine, deux jeunes hommes les auraient abordées et leur auraient ordonné de les suivre en les menaçant de tuer leurs parents qui se trouvaient à proximité si elles n’obéissaient pas. La plus âgée a pris la fuite et a prévenu les parents. Malgré cela, aucun signalement de disparition n’a été effectué jusqu’à ce que la fillette soit retrouvée à Noisiel.

Elle a déclaré avoir été « violée »

La fillette de 11 ans a suivi les deux hommes, paralysée par la peur, selon elle. Louane a expliqué aux enquêteurs avoir pris le RER A avec eux en direction de Paris. A Noisiel (Seine-et-Marne), les ravisseurs l’auraient saisie par le bras et fait sortir du train.

Dimanche soir, l’enfant affirmait n’avoir subi aucune violence. Mais lundi matin, elle est revenu sur ses déclarations et affirme cette fois avoir été « violée ». Une relation sexuelle a été constatée lundi après-midi par l’unité médico-judiciaire du Grand Hôpital de l’est francilien de Jossigny (Seine-et-Marne).

L’enquête a été confiée à la sûreté départementale de Seine-et-Marne. Les deux violeurs présumés sont toujours activement recherchés par les forces de l'ordre.